Accueil / Liste des appels et offres / Asie·S « en care » : Le souci d’autrui au prisme des études asiatiques

Asie·S « en care » : Le souci d’autrui au prisme des études asiatiques

Asie·S « en care » : Le souci d’autrui au prisme des études asiatiques

Partager sur :

GIS Asie - Journées scientifiques - Appel à communication

AsieS « en care » : Le souci d’autrui au prisme des études asiatiques
Campus Condorcet, Aubervilliers, France
2 et 3 juin 2021

Propositions de communication à envoyer avant le 15 janvier 2021 sur : https://confcare2021.sciencesconf.org


Les multiples défis que traversent nos sociétés contemporaines soulèvent avec une grande acuité la question de l’attention, du soin, de l’aide que nous portons aux autres et que nous recevons d’eux. Ils nous amènent à réfléchir à, voire à remodeler les formes d’interdépendance et d’entraide que nous entretenons avec autrui. La place que nous donnons aux responsabilités que chacun assume, la reconnaissance accordée à la sollicitude dont nous bénéficions sont fortement débattues. Ces diverses formes d’interactions qui déterminent nos vies supposent des dispositions, des activités qui ont été conceptualisées dans la notion de « care » (Zielinski, 2010). Cette notion demeure cependant floue. Trop souvent perçue comme restreinte à des domaines spécifiques en lien principalement avec la santé et l’éducation, elle revêt pourtant une portée très vaste, qui a donné lieu récemment à l’expression de monde « en care » (Macé, 2020).

Dans le sillon des écrits fondateurs de Guilligan (1986) puis Tronto (1993), nous considérons le care comme « toute activité générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre « monde », de sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible » (Tronto, 1993). Loin de réduire le care à une relation interpersonnelle, cette définition offre une perspective très large sur nous-même et sur notre entourage.

Les Journées « AsieS en care » visent à échanger sur la façon dont les différentes dimensions de ce concept peuvent être abordées dans les études asiatiques, comment elles sont observées, analysées au sein de sociétés anciennes, modernes et contemporaines, quelles en sont les traces écrites, orales, artistiques, culturelles. Nous souhaitons explorer cette notion à partir  de ses multiples manifestations. Entre autres aspects, nous proposons d’essayer d’apporter des éléments de réponse aux questions suivantes :

  • Qui fait l’objet d’attention, de bienveillance ? Par qui cette bienveillance est-elle exprimée et dans quel contexte ?
  • Comment les individus conçoivent-il le souci d’autrui ? Comment y répondent-ils ?
  • De quels discours la bienveillance s’accompagne-t-elle ?
  • Dans quel type d’organisation sociale le souci d’autrui s’exprime-t-il ? Quelles ressources mobilise-t-il ?
  • A travers la production artistique, comment le souci d’autrui est-il exprimé ? A quelles narrations donne-t-il lieu ?
  • Peut-on identifier des lieux ou des moments caractérisés par une attention spécifique à autrui ou au contraire par un manque de care ?
  • Existe-t-il des textes ou des formes artistiques anciennes qui ont contribué à définir l’imaginaire autour de la bienveillance et du « care » ?
  • Dans quelle mesure ce souci d’autrui renvoie-t-il à des normes éthiques ou morales ? Comment ces diverses normes sont-elles articulées ?
  • Peut-on, au sein d’un pays/zone géographique/linguistique identifier, via les expressions artistiques, une historique du concept de « care » ?
  • Comment les conceptions et les pratiques du souci d’autrui ont évolué au cours des transformations sociales et politiques entre l’époque prémoderne et aujourd’hui ?
  • Quelle place le droit fait-il au care, n'est-il pas un besoin émergent pour les systèmes juridiques ?
  • De quelle manière les hiérarchies ethnoraciales s’ajoutent ou remplacent la division genrée et/ou la division de classe dans la prise en charge des tâches du care ?
  • Partout dans le monde, la pandémie de COVID-19 révèle au grand jour la vulnérabilité de chacun. Des populations déjà marginalisées avant la pandémie se trouvent dans une situation davantage précaire car elles ne bénéficient souvent pas des mécanismes de protection sociale. Dans ce contexte, de quelle manière la reconnaissance des vulnérabilités peut nous conduire à des formes de solidarités plus égalitaires et plus inclusives, et à une démocratie plus bienveillante ?

Nous souhaitons favoriser les regards croisés sur ces questions afin de rendre compte de la richesse et la diversité des approches, des systèmes de pensée, des expériences concrètes et des phénomènes sociaux à travers lesquels peut être saisie la notion de care, et ses liens avec les concepts émiques dans les différentes cultures d’Asie. Nous attendons des propositions venues de toutes les disciplines, afin de confronter les perspectives historique, sociologique, anthropologique, économique, politique, spatiale et culturelle ; nous espérons ainsi contribuer à l’élaboration de nouveaux moyens de réflexion sur les situations que nous traversons.

Mots clés : care, soin, bienveillance, sollicitude, aide, prise en charge, représentation, organisation sociale, expression, art, normes, éthique, morale, inégalités, genre, handicap, migration, vulnérabilité, Asie.

 

Modalités de participation

L’appel est ouvert à l’ensemble des chercheur.e.s, enseignant.e.s-chercheur.e.s, jeunes chercheur.e.s du domaine des études asiatiques en France et à l’étranger. Les propositions des jeunes chercheurs sont particulièrement encouragées. Les intervenant.e.s dans le domaine du care en lien avec l'Asie qui mènent une réflexion sur le sujet peuvent également proposer une communication.

Ces Journées se tiendront au Campus Condorcet en présentiel pour les participants qui le souhaitent et en distanciel via une application logicielle. Les communications seront regroupées en ateliers thématiques (6 maximum) par le conseil scientifique.

Les propositions sont à déposer sur le site : https://confcare2021.sciencesconf.org

Elles doivent inclure : le titre de la communication, un résumé de 350 mots maximum, 5 à 7 mots-clés.

Les auteur.e.s recevront par mail la réponse à leur proposition.

Si vous souhaitez figurer dans le même panel qu'un.e autre intervenant.e de votre connaissance, il est possible de le préciser dans le champ "commentaire" lors de votre dépôt de proposition.

Ces Journées seront entièrement gratuites.