Chine/Etats-Unis. Fascinations et rivalités

Chine/Etats-Unis. Fascinations et rivalités

Avec la chute de l'URSS, le partenariat stratégique sino-américain s'est trouvé profondément remis en cause. La dissolution de l'adversaire commun rendait moins pressante la nécessité d'une coopération, et ce n'est que progressivement que la conscience partagée d'une interdépendance économique grandissante allait, dans une certaine mesure, prendre le relais.

Ainsi, la fin de la guerre froide a ouvert la voie à un changement de la relation sino-américaine, les enjeux commerciaux et la question des droits de l'homme ne se trouvant plus systématiquement subordonnés à l'impératif géopolitique consistant pour Washington à ménager Pékin afin de renforcer sa position face à Moscou. Soumise à des impulsions plus nombreuses et plus souvent contradictoires, la politique chinoise des États-Unis apparaît donc plus volatile, et ce d'autant que l'ensemble des acteurs contribuant à sa définition s'est considérablement élargi. Du côté chinois, on observe aussi une relative décentralisation du processus décisionnel en matière de politique extérieure.

De cette complexification découlent en partie les oscillations qui caractérisent les relations entre les États-Unis et la Chine aujourd'hui, relations dont l'imprévisibilité à court terme alimente des frustrations réciproques. Mélange étrange de fascination et de répulsion réciproque, la relation sino-américaine est unique et force chacun des deux acteurs à inventer une nouvelle politique étrangère. Le plan de l'ouvrage est mi-thématique, mi-chronologique. Dans une première partie, centrée sur les rapports interétatiques, après un rappel historique mettant en perspective la rupture des événements de 1989 (chap. 1), les étapes des relations sino-américaines sont retracées et leurs dynamiques identifiées à la fin du XXe siècle (chap. 2), avant d'aborder plus spécifiquement la question taïwanaise (chap. 3). La seconde partie, elle, est consacrée aux interactions entre les sociétés : flux de personnes (chap. 4), relations économiques et commerciales (chap. 5), échanges culturels (chap. 6) ou coopération pour favoriser la formation d'un État de droit en Chine (chap. 7).



Un début de généralisation du salaire mensuel p. 226