Disparition de Louise Beyrand, doctorante en anthropologie sociale à l'Université de Strasbourg en cotutelle avec Leiden University (Pays-Bas), membre du SAGE

Disparition de Louise Beyrand, doctorante en anthropologie sociale à l'Université de Strasbourg en cotutelle avec Leiden University (Pays-Bas), membre du SAGE

Une cérémonie d'hommage aura lieu à l'église Ste-Marie des Batignolles, Paris, 17e arrondissement, le jeudi 7 janvier 2016 à partir de 15 h.
L'inhumation aura lieu au cimetière d'Etival Clairefontaines dans les Vosges le samedi 16 janvier à 11h00, suivi d'un rassemblement convivial dans une salle à proximité pour les personnes qui le souhaitent.





Hommage rendu par Pierre Le Roux, directeur de thèse de Louise Beyrand

Professeur d'ethnologie, Université de Strasbourg

 

Chers et chères étudiant(e)s, chers collègues, chers et chères ami(e)s,

En cette journée de Noël, c'est le coeur très serré que j'ai la grande douleur et l'immense tristesse de vous faire part de la dramatique disparition de Louise Beyrand, décédée mercredi 23 décembre dans la nuit, suite à un malaise cardiaque. Je n'ai, pour l'instant, pas d'autre information en provenance de sa famille.

Née en 1988, Louise Beyrand était une jeune femme surdouée, passionnée, débordant de dynamisme et de projets. Brillamment diplômée d'un master 2 de l'Université Paris René Descartes-Sorbonne en anthropologie et d'un master 2 de l'Ecole du Louvre en histoire de l'art, tous deux consacrés à l'étude du théâtre d'ombres cambodgien, et notamment des « grands cuirs », elle préparait une thèse de doctorat en anthropologie sociale sur les arts du spectacle du Cambodge et pays voisins sous ma direction et celle, conjointe, du professeur Michael Herzfeld (Harvard University), mon estimé collègue, en co-tutelle au LIAS (Leiden University Institute for Areas Studies) à Leyde, Pays-Bas, et à l'Institut d'ethnologie de l'Université de Strasbourg (Ecole doctorale Sciences humaines et sociales - Perspectives européennes), membre du Laboratoire SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe, UMR 7363 CNRS & Unistra).

Après avoir commencé à étudier avec succès le khmer à l'INALCO pendant une année intensive sous la direction de mon autre estimé ami et collègue Michel Antelme, langue qu'elle commençait à bien maîtriser, elle venait juste de se marier en octobre dernier et s'apprêtait, le 24 décembre 2015, à s'envoler pour l'Asie du Sud-Est dans l'objectif de passer une année de terrain au Cambodge avec son époux Olivier, aidée d'une bourse de recherche du Center of Khmer Studies (Siem Reap) et chargée de mission par le Musée de l'Homme (Muséum national d'Histoire Naturelle) afin d'enrichir les collections de ce dernier dans un futur proche.

Passionnée de patrimoine immatériel, elle avait fondé naguère pour le défendre l'association Mémoire du Patrimoine dont elle était la présidente très active.

Louise Beyrand, dont j'ai fait la connaissance, et celle son époux, il y a près de deux ans, était de ces rares belles personnes désintéressées, vibrantes d'une flamme intérieure, tout entières dévouées à la connaissance et la recherche scientifique. Mais c'était aussi une jeune femme gracieuse, généreuse, toujours un peu dans la lune et les nuages, l'esprit plein d'idées, d'originalité, curieuse et ouverte aux richesses culturelles et humaines du monde.

Elle était aimablement connue et appréciée de nombreux collègues et étudiants de l'Université de Strasbourg, donnant régulièrement des communications toujours intéressantes, foisonnantes, débordantes d'informations, à des journées doctorales, tables rondes et autres séminaires dont le séminaire d'ethnologie et de préhistoire auquel elle a participé activement depuis sa création en 2014, deux années de suite, venant à Strasbourg quasi chaque vendredi du premier semestre, intervenant toujours de façon constructive et originale, comme elle était.

C'est le coeur étreint, l'âme triste, que je vous évoque sa personne disparue qui rayonnait et rayonne encore et d'abord auprès de moi, le directeur qu'elle était venue chercher de si loin, originaire du Sud-Ouest et habitant Paris.

Marcel Mauss et nombre de ses contemporains chercheurs et enseignants, avaient regretté la disparition du jeune Robert Hertz, ethnologue prometteur qui s'annonçait comme l'un des grands à venir. Je ne suis pas Mauss mais je crois que la science vient de subir une lourde perte là encore tant le talent, l'arc aux multiples cordes bien préparé de Louise, son enthousiasme, sa maîtrise des outils nécessaires préalable à ce long terrain qu'elle s'apprêtait à découvrir avec un plaisir manifeste, nous annonçait un travail de haute tenue, de grande qualité.

Je pense surtout, en cette journée si particulière, à son jeune époux, le coeur brisé, à ses parents affligés, à ses amis orphelins d'une très noble personne. Moi-même je suis bouleversé, je vous l'avoue.

Je ne sais pas encore le détail de ce drame, ni comment se passeront les obsèques et où mais je le saurai bientôt et, pour ceux qui le souhaitent, je les informerai, ne serait-ce que pour adresser un petit mot de condoléance et de soutien à la famille de Louise.

Celle-ci vient de nous quitter, brutalement, mais si elle reste vivante dans notre souvenir elle n'est pas disparue, juste en voyage et sans doute déjà en train de poser des questions nouvelles à tous ceux qu'elle pourrait rencontrer en chemin.

Je veux achever ces quelques mots en vous disant que ce qui domine en moi, malgré la douleur et la brutalité de cette disparition, c'est le bonheur d'avoir fait la rencontre de Louise, une très belle rencontre humaine, et l'honneur d'avoir été demandé par elle pour diriger cette thèse qui restera inachevée mais indique le chemin à d'autres qui pourraient lui succéder un jour.

Bien à vous

Pierre Le Roux

 

 

Sujet de thèse de doctorat en anthropologie sociale de Louise Beyrand

La fabrique de la tradition au Cambodge. Etude comparative des arts et artisanats populaires en Asie du Sud-Est contemporaine / Rising Tradition in Cambodia: Comparative Study of Folk Performing Arts and Crafts in Contemporary Southeast Asia

http://sage.unistra.fr/lettre-dinformation-n1-juin-2015/le-laboratoire-sagrandit/

 

Spécialiste des grands cuirs du Cambodge

Documents Utube proposés par Louise Beyrand sur les grands cuirs du Cambodge (tradition khmère de théâtre d'ombres)

 

Allocataire de terrain de l'Ecole française d'Extrême-Orient

 

Fondatrice et présidente de l'association Mémoire du Patrimoine

 

Deux communications récentes de Louise Beyrand

19 octobre 2015, table ronde « Dynamiques humaines anciennes (DyHA) : Hiérarchie et hiérarchisation dans les sociétés anciennes et actuelles »

Communication de Louise Beyrand doctorante en ethnologie, Université de Strasbourg, Institut d'Ethnologie & SAGE (UMR CNRS 7363) : « Le label UNESCO : un outil de fixation des hiérarchies dans le domaine du patrimoine culturel immatériel. L'exemple des pratiques patrimoniales du Cambodge »

 

29 octobre 2015, colloque doctoral international « Le questionnement sur l'éthique en sciences économiques, sociales et techniques »

Communication de Louise Beyrand doctorante en ethnologie, Université de Strasbourg, Institut d'Ethnologie & SAGE (UMR CNRS 7363) : « Les ONG culturelles et éducatives du Cambodge et leur rapport aux enfants : modèle éducatif ou argument économique ? »