Étude contrastive des connecteurs interphrastiques entre le français et le chinois

Étude contrastive des connecteurs interphrastiques entre le français et le chinois

Partager sur :

Soutenue en par Yijie Zhang

Le principal objectif de cette thèse est d’analyser des connecteurs interphrastiques du français et du chinois dans une perspective contrastive. Après avoir inventorié les connecteurs discursifs dans les deux langues, en nous fondant sur des études menées par des linguistes français et chinois, nous avons choisi d’analyser dans le détail trois connecteurs adverbiaux interphrastiques parmi les plus fréquents en français : pourtant (connecteur de concession), donc (connecteur de conséquence), finalement (connecteur de succession) et leurs équivalents chinois les plus courants, afin de mettre en évidence leurs caractéristiques sémantiques, syntaxiques et discursives dans les deux langues. Nous avons donc opté pour une analyse fonctionnelle globale de ces connecteurs.D’un point de vue méthodologique, l’étude s’appuie sur une démarche à la fois quantitative et qualitative. Nous avons utilisé deux types de corpus de taille importante : des corpus comparables et parallèles. Les corpus comparables sont composés des corpus journalistiques de l’Emobase en français et de BLCU Chinese Corpus (BCC) en chinois. Le corpus parallèle est issu de la plateforme multilingue Sketchengine.Cette thèse vise ainsi à contribuer à une meilleure compréhension du fonctionnement linguistique des connecteurs interphrastiques du français et du chinois. Elle pourrait constituer un matériau linguistique utile pour des recherches et des applications didactiques. La problématique de la thèse se situe au croisement de plusieurs domaines : linguistique textuelle, linguistique contrastive et linguistique de corpus, et elle accorde un intérêt particulier à l’organisation du texte.