Accueil / Liste des actualités / #Focus ICAS12 | Présentation d’un projet de recherche La reconversion touristique des ""villes nouvelles mimétiques"" en Chine. Enjeux économiques autour de l'imaginaire culturel européen

#Focus ICAS12 | Présentation d’un projet de recherche La reconversion touristique des ""villes nouvelles mimétiques"" en Chine. Enjeux économiques autour de l'imaginaire culturel européen

#Focus ICAS12 | Présentation d’un projet de recherche La reconversion touristique des ""villes nouvelles mimétiques"" en Chine. Enjeux économiques autour de l'imaginaire culturel européen

Partager sur :
Du 24 au 28 août prochain, l’Université Kyoto Seika accueillera la douzième édition de l'International Convention of Asia Scholars (ICAS). Cet été, le GIS Asie, partenaire de l'événement, vous propose de découvrir une sélection de communications qui seront présentées lors de l’événement.

Sébastien Preuil présentera une communication intitulée "La reconversion touristique des "villes nouvelles mimétiques" en Chine. Enjeux économiques autour de l'imaginaire culturel européen"

En Chine, on observe de nombreuses initiatives urbanistiques reproduisant à l'identique ou de façon fortement réinterprétée des monuments mais aussi des morceaux de villes et des villages européens. À l’image du projet « One city nine towns », ces constructions à l’architecture d’un ailleurs sont pour la plupart des projets résidentiels n’ayant pas trouvé leur public. Ainsi en 2010, six ans après sa réalisation et malgré le fort dynamisme démographique de la région, le taux d'occupation de Thames Town avoisinait seulement les 20 % (Xiangning, 2010). En revanche, et telle n’était pas leur vocation originelle, ces villes fantômes attirent de nombreux touristes chinois dont de jeunes mariés ne pouvant réaliser un voyage de noce en Europe. Cette attractivité touristique a transformé certaines de ces fac-similées de cités européennes sans habitants en des villes devenues des espaces à vivre en extérieur et peuplées de consommateurs. Dans son état actuel, Thames Town par exemple, ne serait qu'une nouvelle version des fantasmagories de Walter Benjamin : la production d'une inversion des valeurs entre la figure de l'habitant et celle de la ville considérée comme une marchandise. Les objets perdent leur valeur d'usage au profit d'une valeur d'échange purement économique grâce en partie à un décor particulièrement brillant et lucratif à la Disneyland, qui fait disparaître la figure de l'habitant. Pour notre communication à l’ICAS 12, il ne sera pas question d’exposer des résultats puisque nos recherches sont toujours à l’état de projet. Nous exposerons davantage nos principaux questionnements et hypothèses et la difficulté à réaliser des terrains en ces temps de pandémie mondiale.

Sébastien Preuil et membre associé du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine. Docteur en géographie et économiste de formation, il est spécialisé sur les problématiques en lien avec le tourisme, le développement et le simulacre. Ayant longtemps travaillé sur la région des temples d’Angkor au Cambodge, il a aujourd’hui comme projet d’étudier le phénomène de réversibilité en sites touristiques des villes chinoises mimétiques à l'Européenne.

Thames Town in Songjiang, Shanghai, China.