Kamikazes

Kamikazes


Au-delà de l'impact militaire, la mort programmée des kamikazes figure l'effrayante métaphore du suicide collectif de la nation, auquel le régime impérial est désormais résolu.

Comment le Japon en est-il venu à exiger de ses sujets un tel engagement? Qui sont ces pilotes soigneusement recrutés? Si certains sont de nationalistes fanatiques, d'autres s'interrogent dans des lettres poignantes sur la justesse de leur mission.

Leur sacrifice précipitera la fin de la guerre qui s'achève sous le feu nucléaire. L'histoire de ces jeunes gens embrigadés forme la trame de cette synthèse inédite dont les détails font étrangement écho à notre temps présent.




C'était l'époque exaltante du MLF où le soir, après les réunions houleuses bâtissant les projets les plus fous, les plus osés, comme la banalisation de “bordels où les femmes seraient clientes et les hommes chair à consommer”, nous les femmes, nous rentrions « coucher avec l'ennemi». Ce qui fit scandale en son temps, ce qu'on applaudissait comme apte à briser les tabous, ce qu'on jugeait pornographique ou sulfureux, ce ne seraient, en fin de compte, que des soubresauts contextuels. Rien de fondamental n'aurait donc modifié la société : les pauvres resteront pauvres, les femmes continueront de se montrer dans bien des domaines “plus hommes” que leurs homologues mâles, tout en gagnant moins qu'eux dans le monde du travail. On pourra continuer à les voir comme des monstres assoiffés de sexe, ou comme des êtres dont il faut réduire la capacité de jouissance. Tout de même, en France, le mouvement du MLF a permis aux femmes de choisir d'être mère ou pas : la pilule pour toutes et l'avortement possible restent aujourd'hui encore des victoires réelles, dont la pérennité réclame notre vigilance.