Accueil / Liste des actualités / Kanae Sarugasawa, nouveau membre du bureau des Jeunes chercheur·e·s du GIS Asie

Kanae Sarugasawa, nouveau membre du bureau des Jeunes chercheur·e·s du GIS Asie

Kanae Sarugasawa, nouveau membre du bureau des Jeunes chercheur·e·s du GIS Asie

Partager sur :

Kanae Sarugasawa, post-doctorante en sociologie à l'Inalco et à l'Université de Paris, a rejoint le Bureau des Jeunes chercheur·e·s du GIS Asie début 2021. Kanae Sarugasawa est chercheuse affiliée à l’IFRAE et membre de l’équipe Populations japonaises (CRCAO-IFRAE), du projet ANR Eurasemploi (2016-2021-Inalco/EHESS/Sciences Po/Université de Paris) et du projet JSPS (équivalant ANR au Japon) Rethinking the Nexus Migration and Sex Work Trafficking (2019-2022)

Après avoir travaillé à l’Ambassade du Japon au Maroc, elle mène en France des recherches qui se situent au croisement de la sociologie et des études de genre, qui portent sur les questions de la stigmatisation et de l’agentivité des populations marginales dans le Japon contemporain. Ses recherches interrogent par la marge un ensemble de normes et mettent en lumière les interactions complexes entre les institutions et les individus.

Sa thèse de doctorat, soutenue en juin 2018 (Inalco/Université Sorbonne Paris Cité) sous la direction de Bernard Thomann, est intitulée La maternité hors mariage au Japon : la modernité, la famille et l’individu. Cette thèse montre comment des instruments publics contribuent à la production d’un cadre matériel et normatif suffisamment stable pour influencer durablement le schéma de pensée des individus jusqu’à la sphère familiale et intime. À travers une série d’entretiens menés auprès de 42 mères célibataires, Kanae étudie les parcours de chaque mère dans sa singularité sans la dissocier de son environnement social et met en lumière la façon complexe dont elles se sont engagées dans la maternité hors mariage dans une société où cette démarche paraît difficilement envisageable. Ce travail associe ainsi analyse du cadre sociétal et des parcours et agentivité individuelles. Kanae conçoit sa thèse comme une première étape d’un projet qui vise à analyser les rapports de pouvoir qui traversent l’ordre social notamment au sein des sphères familiale, du travail et de la sexualité. Ses recherches actuelles portent sur les travailleur·se·s du sexe au Japon. En considérant la parole des premier·ère·s concerné·e·s comme importante et en l’envisageant dans l’ambiguïté constitutive, ses recherches tentent de situer leur agentivité dans un contexte de contraintes structurelles.

Chercheuse post-doctorante de 2018 à 2020, dans le cadre du programme Social Science Research and Education on Contemporary Japan, convention tripartite Fondation du Japon/Inalco/Université de Paris, Kanae Sarugasawa a organisé et animé une quarantaine de conférences, notamment avec Arnaud Grivaud (CRCAO, Université de Paris) et César Castellvi (CRJ, EHESS).

Aujourd’hui, elle continue à enseigner la langue et la civilisation japonaises au sein de l’UFR LCAO à l’Université de Paris.

 

Kanae Sarugasawa, nouveau membre du bureau des jeunes chercheur·e·s du GIS Asie