La question indochinoise entre la France et la République populaire de Chine de 1954 à 1964

La question indochinoise entre la France et la République populaire de Chine de 1954 à 1964

Partager sur :

Soutenue en par Tianhui Gong

Cette thèse traite principalement des relations sino-françaises autour de la question indochinoise, le rôle d’Indochine dans les relations sino-françaises et l’influence de la Guerre froide sur ces questions entre 1954 et 1964. Pendant la guerre d’Indochine, la France et la Chine se trouvent en opposition en Indochine en raison du soutien chinois au Vietminh et de la situation tendue de la Guerre froide. À partir de 1953, la Chine et la France ont des souhaits communs de régler des conflits indochinois par voie de négociation. Ainsi, pendant la conférence de Genève de 1954, la Chine et la France ont un certain nombre de contacts et réalisent des collaborations en vue de mettre fin à la guerre d’Indochine. Après la guerre d’Indochine, la Chine poursuit la ligne politique de dissocier l’alliance occidentale. Elle tente de développer ses relations avec la France et d’obtenir le soutien français dans l’application des accords de Genève. Cependant, la politique extérieure de la IVe République française n’est pas indépendante des États-Unis. Les deux pays manquent donc une occasion de normalisation de leurs relations et de collaboration dans l’application des accords de Genève. Après son arrivée au pourvoir, Charles de Gaulle poursuit une France indépendante et puissante. La divergence franco-américaine à propos de l’Indochine devient aiguë. Des contacts pendant la conférence de Genève sur le Laos entre 1961 et 1962 ont une influence positive sur les relations sino-françaises. Avec pour l’un des objectifs d’obtenir la coopération de la Chine sur la question indochinoise, De Gaulle décide de reconnaître la Chine en janvier 1964. Cependant, même si certaines coopérations réalisées entre la France et la Chine sur le Laos après l’établissement des relations diplomatiques, une conférence internationale sur toute Indochine espérée par De Gaulle n’est pas réalisée.