Le Baphuon

Le Baphuon

En 1995, l’École française d’Extrême-Orient confie à Pascal Royère la direction d’une vaste entreprise conduite dans le cadre de la coopération française : poursuivre et achever l’anastylose du plus élevé des temples-montagnes du site d’Angkor, le Baphuon. En juillet 2011 eut lieu la cérémonie d’inauguration marquant l’achèvement d’une restauration qui respecte autant l’impulsion initiale hindoue du monument que la figure du Bouddha façonné ultérieurement avec ses pierres. Les contraintes particulières de ce chantier de géant, où gisaient trois cent mille blocs dont on ignorait l’emplacement originel, ont nourri le travail scientifique qu’il mettait à l’épreuve.

Pendant plus d’une décennie, Pascal Royère a ainsi poursuivi ses travaux de recherche sur la base d’une confrontation quotidienne aux références architecturales et aux techniques de construction employées par les maîtres d’œuvre du Cambodge ancien. Le temple-montagne khmer, formule architecturale circonscrite dans le temps et dans l’espace angkorien, du VIIIe jusqu’à la fin du XIIe siècle, est ici restitué dans l’esthétique bien particulière du Baphuon, le caractère titanesque et la rigueur des partis architecturaux caractérisant l’implantation urbaine d’Angkor, avec un étonnant mélange de matériaux – sable, latérite et grès, auxquels s’ajoute aujourd’hui le béton et la résine –, la fragilité structurelle d’un temple bâti littéralement sur le sable, et les transformations qui ont marqué son histoire : un monument vivant dont la biographie témoigne de l’ingéniosité de ces « maîtres d’œuvre » qui, depuis le XIe siècle, ont inscrit le Baphuon dans le paysage urbain, dévotionnel, politique et artistique d’Angkor.

Sommaire

Avant-propos

Préambule

Introduction

Un site, une pratique architecturale, l’émergence d’une forme

Perspectives méthodologiques

 

I. La pyramide

Problématiques d’une description architecturale

Le parti architectural

Technique de construction

Les différents niveaux

Le décor architectural de la pyramide

 

II. Le pavillon IV médian

Implantation

Le contexte actuel de l’édifice

Le soubassement

Les différents corps d’édifice

Le décor architectural

Le programme iconographique

Les terminaisons latérales nord et sud

 

III. Le gopura V est

Un ouvrage inédit

Organisation générale

Description de l’édifice

Les principaux éléments architecturaux

Le décor architectural

Des entrées reconverties ?

 

IV. Les édifices du premier étage

Principes généraux de composition

Les pavillons d’axe est et ouest

Les pavillons III nord et sud

Les sanctuaires d’angle

Les galeries

Les bibliothèques

Le décor architectural

 

V. Les édifices du deuxième étage

Principes généraux de composition

Organisation générale

Les pavillons d’axe

Les sanctuaires d’angle

Les galeries

L’ornementation des façades

 

VI. Les édifices du troisième étage

Une plateforme instable

Les besoins en pierre d’une réappropriation

Dispositions générales de la terrasse

Le décor architectural

 

VII. L’enceinte IV

L’implantation et la composition spatiale

Description générale

L’enceinte en grès

Les portes

Les liaisons portes / pyramide

Les levées de terre

 

Conclusion

Le Baphuon et les principales étapes de son évolution

Le Baphuon et son environnement architectural

À propos des Terrasses royales

 

Photographies

Annexe. — Techniques de construction

Bibliographie

Table des figures

Table des photographies

Table des planches

Index général

Index des auteurs