Accueil / Liste des publications / Les fresques de Koguryŏ Splendeurs de l’art funéraire coréen (IVe - VIIe siècle)

Les fresques de Koguryŏ Splendeurs de l’art funéraire coréen (IVe - VIIe siècle)

Les fresques de Koguryŏ Splendeurs de l’art funéraire coréen (IVe - VIIe siècle)

Partager sur :
Par Hwi-Joon AHN et traduit du coréen par Nae-young Ryu
 
Voici présentées pour la première fois au public français, dans un ouvrage superbement illustré, les plus anciennes peintures coréennes existantes, classées depuis 2004 au patrimoine mondial de l’Unesco.
Du IVe au VIIe siècle, de somptueuses fresques funéraires ont été réalisées dans le royaume coréen de Koguryŏ, témoignant d’une civilisation développée. Elles se trouvent aujourd’hui en Chine, dans l’aire de Jí’ān, et en Corée du Nord, dans celle de Pyongyang.
Ces représentations révèlent un grand brassage culturel, influencées comme elles l’ont été par des arts et des techniques venus de Chine ou d’Asie centrale, et ayant influencé à leur tour l’archipel japonais. Les sujets très variés peints sur les murs et les plafonds des chambres mortuaires présentent d’innombrables figures basées sur la cosmologie chinoise, la culture des steppes, la pensée taoïste ou les croyances bouddhiques.
 
Après une exposition des principales caractéristiques historiques et esthétiques de l’art pictural et architectural de Koguryŏ, l’ouvrage s’attache à la description des fresques selon deux grands axes : en dessinant leur évolution en trois grandes périodes, puis en détaillant les types principaux de scènes représentées, en mettant en particulier l’accent sur la figuration humaine – sans omettre pour autant les singuliers motifs ornementaux. Les deux premières périodes sont caractérisées par des scènes de la vie des défunts, avec des images officielles, des représentations de la société ou plus quotidiennes : parties de chasse, scènes de danses et d’acrobatie, de lutte traditionnelle, processions religieuses... La dernière période voit apparaître des images taoïstes, immortels ou divinités des quatre points cardinaux. Le dernier chapitre aborde l’influence de la culture du royaume de Koguryŏ sur le premier art bouddhique japonais, culminant à Nara.
 
Les fresques de Koguryŏ Splendeurs de l’art funéraire coréen (IVe - VIIe siècle)