L’Esprit de plaisir – Une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle)

L’Esprit de plaisir – Une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle)

Par Pierre-François Souyri & Philippe Pons

L’esprit de plaisir, qui s’épanouit au Japon durant l’époque Edo (1603-1867), fut marqué par un raffinement dont témoignent l’inventivité des estampes érotiques, le jeu de la séduction élevé en art par les geishas et le mélange des genres au sein du truculent théâtre kabuki. Cet art hédoniste de l’existence, qui encourageait la dimension ludique dans les relations charnelles, fut banni à l’ère Meiji (1868-1912), qui corseta le désir, brida l’imaginaire érotique et condamna l’amour entre garçons, si prisé des samouraïs, afin de se conformer à l’ordre bourgeois et de paraître ainsi civilisé aux yeux de l’étranger. L’archipel subit alors un choc intense et soudain entre une culture déculpabilisée du désir charnel, qui avait nourri un art érotique parmi les plus élaborés au monde, et une science sexuelle importée d’Occident avec ses interdits et ses tabous.
Ce goût pour les plaisirs devait renaître au lendemain de la Première Guerre mondiale avec la culture de masse des « années folles », dont les modern girls émancipées furent l’étendard, puis la fureur de vivre désespérée dans les décombres de la défaite, avant d’être récupéré par une prolifique industrie érotico-pornographique.

L’Esprit de plaisir – Une histoire de la sexualité et de l’érotisme au Japon (17e-20e siècle)