L’île et le passage, représentations de la frontière dans le cinéma sud-coréen

L’île et le passage, représentations de la frontière dans le cinéma sud-coréen

Dans le cadre du séminaire CCJ : Histoire de la culture visuelle en Asie orientale (M. Bussotti et A. Kerlan) Benjamin JOINAU professeur de Hong-ik University (Séoul), invité de l’EHESS donne une conférence intitulée « L’île et le passage, représentations de la frontière dans le cinéma sud-coréen »

📅 le 2 décembre 2020 à 13-16h
📍 salle A07_37, 54 bd Raspail 75006 Paris

À propos de l'événement

Le cinéma est un matériau idéal pour l’analyse du discours hétérologique dans la société. En Corée du Sud et du Nord, l’imaginaire collectif a été défini après 1945 par la guerre froide et la division, façonnant ce qu’on a appelé la « culture de la partition ». Dans ce contexte fermé, la figure de l’Autre n’a été développée que de manière restreinte : la présence fantomatique et obsessionnelle du pays voisin à la fois frère et ennemi limite quasiment l’hétérologie à une simple variation sur la figure de l’alter comme autre opposé au soi. Mais l’ère de la politique du rayon de soleil (1998-2008), qui a initié une décennie de dialogue entre les deux pays, accompagnée du phénomène de la Vague coréenne, a également connu un changement considérable dans ces représentations en Corée du Sud. Lentement ont émergé des films aux « régimes d’altérité » plus complexes qui non seulement ont enrichi la figure de l’autre nord-coréen, mais ont également fait place à d’autres autres. Dans ce discours hétérologique développé par les produits de la culture populaire tels que les films, la frontière n’est pas seulement une ligne matérielle séparant deux États. Il s’agit d’un dispositif symbolique spécifique qui articule la psyché collective sud-coréenne avec le Nord, avec le monde et même avec elle-même à travers une série de motifs clairement définis. Cette présentation évalue ces fonctions symboliques diversifiées données à la frontière et à son passage dans l’imaginaire sud-coréen contemporain. Cette étude, par souci d’unité, se concentrera sur une vingtaine de films produits pendant et après l’ère du rayon de soleil.

Photo by Ryoji Iwata on Unsplash