Négociation des ressources langagières dans les échanges conversationnels népali-anglais - Translingualité et identification en contexte urbain népalophone

Négociation des ressources langagières dans les échanges conversationnels népali-anglais - Translingualité et identification en contexte urbain népalophone

Partager sur :

Soutenue en par Julian Vasseur

La recherche doctorale s’est intéressée aux phénomènes de contact de langues observés à partir du point de vue des locuteurs en contexte urbain, ainsi qu’à l’articulation entre matériau langagier et matériau identitaire. Le cas d’étude proposé est l’enviro nnement urbain népalophone, plus précisément les centres urbains de la vallée de Katmandou au Népal. Le contexte étudié est celui de la société népalaise contemporaine, et en particulier les échanges conversationnels de certaines catégories de locuteurs jugés plus susceptibles d’adopter des pratiques langagières mixtes impliquant l’intégration de ressources communicatives issues d’une connaissance de l’anglais dans les conversations du quotidien en népali, langue officielle du Népal et la plus employée dans les échanges intercommunautaires. À partir d’un corpus d’observables enregistrés in situ en contexte urbain, d’extraits d’émissions médiatiques, ainsi que de questionnaires d’enquête et d’entretiens semi-directifs, nous entreprenons d’analyser les mécanismes de production et de travail du sens discursif dans ces pratiques langagières mixtes pour tenter de mieux appréhender les dynamiques identificatoires complexes qui animent l’espace socio-langagier népalais contemporain. Ces pratiques prennent la forme d’un registre sociolinguistique reposant sur des conventions stylistiques et des stratégies dis cursives particulières, résistant par là à une circonscription notionnelle plus traditionnelle en termes d’alternance de langues ou code switching. L’étude se focalise principalement sur l’analyse du potentiel combinatoire ou maillant des ressources langagières hétérogènes à partir d’une approche interprétative inspirée d’un appareil méthodologique et théorique à la fois éprouvé (sociolinguistique interactionnelle, ethnographie de la communication, linguistique praxématique) et plus récent (sociolinguistique de la mondialisation, sociolinguistique urbaine, approches translinguistiques), dont le souci majeur est de croiser pratiques effectives, pratiques déclarées et représentations de la translingualité.