Accueil / Liste des événements / Normes sociales et légitimité en Chine contemporaine

Normes sociales et légitimité en Chine contemporaine

Normes sociales et légitimité en Chine contemporaine

Partager sur :
Séminaire proposé par le CECMC et organisé par Isabelle Thireau-Mak
 
📅 1er semestre / hebdomadaire, vendredi 10:30-12:30
du 15 octobre 2021 au 21 janvier 2022
 
📍 Salle A302
2 cours des humanités 93300 Aubervilliers

À propos de l'événement

Générations et généalogies : comment penser et travailler leur articulation dans la Chine moderne et contemporaine ? On sait l’usage de la notion de génération ardue et controversée. Elle constitue cependant aujourd’hui une ressource importante pour explorer les relations inter et intra-générationnelles en Chine et, bien plus que pendant les décennies maoïstes, elle émerge comme un critère structurant pour identifier et rapprocher les individus qui ont en partage le fait d’être nés pendant la même décennie. Des historiens du XXe siècle chinois ont quant à eux utilisé cette notion pour distinguer des générations particulières, en désignant la « matrice générationnelle », soit les événements qui ont structuré la « communauté d’empreinte » (Marc Bloch) qui leur serait propre.

La notion de génération, et celle de généalogie, sont aujourd’hui exploitées de manière féconde par les chercheurs en sciences sociales pour décrire les étapes contrastées, les filiations et les débats qui accompagnent l’apparition d’activités et d’engagements nouveaux depuis 1980 – dans les domaines par exemple du droit, du journalisme, de formes militantes, tout autant que pour évoquer les processus remis à l’honneur de hiérarchisation, de légitimation et de transmission de maître à disciple concernant des savoirs très divers, parfois désignés comme relevant du patrimoine immatériel.

Enfin, des archives inédites – enquêtes, journaux privés, correspondances, témoignages écrits et oraux, qui permettent d’appréhender les relations entre les générations ou de retracer l’histoire d’une famille sur plusieurs générations, font depuis deux décennies l’objet d’une attention renouvelée. Parmi ces archives, un intérêt croissant se porte sur les généalogies, à l’heure où des initiatives sont prises en Chine pour les rassembler et en constituer de nouveaux outils d’analyse ; à l’heure aussi où de nouvelles généalogies sont rédigées pour faire face à la dispersion des familles, à la disparition de villages, à la destruction de quartiers.

Le séminaire interrogera dans un premier temps les usages multiples de ces deux notions, avant d’explorer, en prenant appui sur l’étude d’une généalogie achevée en 2016 à Tianjin ainsi que sur d’autres ressources existantes – y compris des logiciels d'analyse de données généalogiques, l’appui que constitue les généalogies pour l’enquête sociologique sur la Chine contemporaine.

Photo by Bofu Shaw on Unsplash