Accueil / Liste des appels et offres / Revue EchoGéo | Les territoires dans la politique des nationalités minoritaires en Chine

Revue EchoGéo | Les territoires dans la politique des nationalités minoritaires en Chine

Revue EchoGéo | Les territoires dans la politique des nationalités minoritaires en Chine

Partager sur :

Le dossier de la revue ÉchoGéo propose ainsi de réunir des contributions de géographes, d’anthropologues, de politologues ou de sociologues sur la place des territoires dans la politique des nationalités minoritaires, en privilégiant des cas d’études couvrant la variété des situations. La construction, l’instrumentalisation et les recompositions de ces territoires tiennent à l’action tant du pouvoir central et de ses relais que des nationalités minoritaires elles-mêmes à des échelles locales, et elles sont liées aux catégories politiques employées et aux discours déployés depuis la mise en place de la RPC. L’actualité des territoires liés aux minorités trouve aujourd’hui une nouvelle importance à la fois dans le développement économique d’un espace national, intégré et ouvert à la mondialisation, et dans l’affirmation d’un récit politique qui privilégie sur le multinational l’unité d’une « nation chinoise » (zhonghua minzu). Ce dossier contribuera, plus largement, à une réflexion sur la place des minorités et de l’ethnicité dans les dynamiques étatiques.

Les articles proposés pourront porter sur les implications, pour les minorités ethniques, du « rêve chinois » (zhongguo meng), selon la formule de l’ère Xi Jinping. Le tourisme joue un rôle prépondérant dans la promotion d’une idée de la nation, qui met en scène ses principes fondateurs d’unité politique et territoriale (David, 2007). Les études de cas pourront explorer les ressorts politiques du tourisme, ainsi que des politiques culturelles qui accompagnent ces projets de développement économique. De quelles manières le traitement du passé et l’instrumentalisation de la culture et de l’histoire servent-ils ces nouvelles stratégies d’intégration nationale ? Pourront également être interrogés les effets des découpages administratifs sur le statut « ethnique » du territoire, aussi bien dans une perspective historique (la période fondatrice des nationalités par exemple) que sur la période actuelle marquée par l’essor des mobilités du travail. Les migrations han vers les territoires de minorités ethniques sont-elles susceptibles à terme de remettre en question leur statut administratif particulier ? Ou le maintien du statu quo n’est-il pas, au contraire, au service d’une fiction de diversité et de reconnaissance ethnique ?

 

📅 Date limite : 15 septembre 2022