Séminaire du Groupe de travail sur les aires culturelles : « Les sciences sociales et le monde : expériences, dispositifs et enquêtes

Séminaire du Groupe de travail sur les aires culturelles : « Les sciences sociales et le monde : expériences, dispositifs et enquêtes

Le séminaire de l'EHESS du Groupe de travail sur les aires culturelles : "Les sciences sociales et le monde : expériences, dispositifs et enquêtes" commencera par une séance d'introduction et une séance consacrée à "Apprendre à faire de la recherche en Master sans accès ou avec un accès limité au terrain et aux archives".
 
📅 Première séance le 25 novembre 9h -13h

À propos de l'événement

Coordination : Alain Delissen, EHESS, CCJ/CRC ; Eloi Ficquet, EHESS, CESOR ; Antonella Romano, EHESS, CAK ; et Cécile Vidal, EHESS, Mondes Américains/CENA.

Avec l’accélération des processus de globalisation du monde et l’internationalisation de la recherche, le développement des études globales et l’extension des questionnements des études culturelles et postcoloniales ont conduit à remettre en cause le grand récit de la modernité européenne. De multiples biais eurocentristes ont ainsi été mis au jour, aussi bien dans les fondements que dans les pratiques actuelles des disciplines scientifiques. Le fait de ne pas considérer l’Europe dans son ensemble comme une aire culturelle a également été questionné. Dans un tel contexte, ce séminaire transversal à toutes les équipes de recherche et d’enseignement de l’EHESS interroge les manières d’étudier le monde – et plus seulement les mondes extra-européens – tant dans son intégralité que dans sa diversité. 

Il s’agit autant de réunir et expliciter les démarches réflexives et critiques développées au sein des études aréales que d’accueillir les débats qui, dans chaque discipline, visent à mieux définir et pratiquer des disciplines situées. Cette nouvelle façon d’envisager les rapports entre disciplines et études aréales vise deux objectifs principaux. D’une part, c’est en actualisant et   clarifiant les manières de pratiquer l’interdisciplinarité sur des terrains soit partagés soit distanciés que peuvent être envisagées les recompositions et les alliances disciplinaires. D’autre part, ce travail sur les points de contact et les modalités de passage entre disciplines et études aréales doit veiller à ne pas laisser se désagréger les dispositifs où se jouent aussi l’accumulation et la transmission intergénérationnelle des savoirs et des savoir-faire nécessaires pour étudier telle ou telle région du monde. 

Pour répondre à ces deux exigences, mais aussi aux effets de la situation actuelle sur nos pratiques de recherche, le séminaire est organisé en deux temps et deux séances consécutives de deux heures chacune. Dans un premier temps, à visée épistémologique comparative, nous irons voir ailleurs, en questionnant des collègues confirmé.e.s ou de jeunes chercheur.e.s qui poursuivent leur carrière ou ont été formé.e.s hors de France sur les manières dont le monde et les régions du monde sont étudiés depuis divers pays ou régions du monde. Dans le second volet du séminaire, à portée pratique et méthodologique, nous considérerons les conséquences de la pandémie mondiale et les façons de s’adapter à une situation inédite de fermeture des frontières internationales. Les difficultés d’accès aux archives et aux terrains sont familières aux spécialistes de différentes régions du monde et le séminaire proposera la mise en commun des expériences et l’exploration critique des divers moyens de former à la recherche et de faire de la recherche à distance, lorsqu’il n’est pas possible de se déplacer pour faire du terrain ou collecter des archives à l’étranger.


 

* 25 Novembre, 09h-11h : Introduction : Alain Delissen, historien, EHESS, Chine-Corée-Japon (CCJ)/Centre de recherches sur la Corée (CRC), Éloi Ficquet, anthropologue, EHESS, Centre d’études en sciences sociales du religieux (CESOR), Antonella Romano, historienne des sciences, EHESS, Centre Alexandre Koyré (CAK), et Cécile Vidal, historienne, EHESS, Mondes Américains/Centre d’études nord-américaines (CENA).

 

* 25 Novembre, 11h-13h : Apprendre à faire de la recherche en Master sans accès ou avec un accès limité au terrain et aux archives : présentations (4 x 15 minutes) de Nicolas Barreyre, historien, EHESS, Mondes Américains/CENA, de Jean-Baptiste Eczet, anthropologue, EHESS, Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), de Régis Schlagdenhauffen, sociologue, EHESS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS), et de Marie-Vic Ozouf-Marignier, historienne et géographe, EHESS, Géographie-Cités.

 

* Décembre : Les difficultés d’accès au terrain et aux archives hors temps de pandémie mondiale.

* Décembre : Les études asiatiques en Asie .

 

* Janvier : Aires culturelles / aires linguistiques.

* Janvier : Les intermédiateurs de la recherche (assistants, interprètes, etc.).

 

* Février : La numérisation des archives et des sources orales.

* Février : La France vue d’ici et d’ailleurs.

 

* Mars : La ville vue d’ici et d’ailleurs.

* Mars : La numérisation des sources secondaires.

 

* Avril : Histoire impériale et études aréales (Mondes ibériques ; Japon).

* Avril : Aires et environnement (Nord ; Amazonie).

 

* Mai : Les études africaines en Afrique .

* Mai : Trajectoires universitaires et études aréales.

 

* Juin : Ethnographie et numérique.

* Juin : Laboratoire des coréanologies.

Séminaire du Groupe de travail sur les aires culturelles : « Les sciences sociales et le monde : expériences, dispositifs et enquêtes