Soutenance thèse : Les Mémoires hérétiques : Han Song face à la politique mémorielle chinoise ou la science-fiction comme littérature du témoignage

Soutenance thèse : Les Mémoires hérétiques : Han Song face à la politique mémorielle chinoise ou la science-fiction comme littérature du témoignage

Loïc Aloisio soutiendra sa thèse en Langue et Littérature Chinoises intitulée « Les Mémoires hérétiques : Han Song face à la politique mémorielle chinoise ou la science-fiction comme littérature du témoignage », dirigée par Monsieur le Professeur Pierre Kaser

📅 vendredi 4 décembre 2020 à 9h

À propos de l'événement

La première partie de la thèse démontre que la littérature de science-fiction chinoise, à travers son Histoire, a toujours été une littérature « post-traumatique ». En effet, le genre fut promu de nombreuses fois au travers de mouvements de modernisation du pays qui ont été lancés après les traumatismes historiques éprouvés par le pays. La première fois à la fin de l’époque impériale et au début de l’ère républicaine, suivant le(s) traumatisme(s) causé(s) par les invasions des puissances étrangères, l’introduction de la science occidentale et de la théorie de l’évolution darwinienne ; ainsi que de son pendant social avec le darwinisme social. Une deuxième fois après l’établissement de la République Populaire de Chine, suivant les traumatismes provoqués par de nombreux conflits internes, la Seconde Guerre sino-japonaise et la guerre civile entre Nationalistes et Communistes ; le genre étant promu à l’époque pour soutenir le socialisme et le communisme, ainsi que la modernisation, l’indépendance et l’hégémonie de la Chine socialiste. Une troisième fois juste après la Révolution Culturelle, suivant cette fois-ci les traumatismes laissés par le Grand Bond en Avant et la Révolution Culturelle ; le genre étant cette fois mis en avant pour promouvoir le nouveau régime de Deng Xiaoping et sa politique des « Quatre Modernisations ». Et enfin, une quatrième fois, où la science-fiction est réapparue après le traumatisme causé par le massacre de la place Tian’anmen en 1989 qui mit fin aux espoirs insufflés par les mouvements libertaires des années 1980 ; laissant ainsi place à une désillusion qui se ressent jusque dans les textes des premiers auteurs de la nouvelle génération (Liu Cixin, Wang Jinkang et Han Song), et qui perdure de nos jours dans les écrits des auteurs plus jeunes.

La seconde partie de la thèse traite justement de l’impact de cette désillusion causée par le massacre de le place Tian’anmen, à travers le cas de Han Song. Cette partie entend démontrer que, suite au choc laissé par cette tragédie dont on ne doit pas parler, Han Song utilise désormais la science-fiction pour rendre compte non seulement de la réalité qui l’entoure, ne se privant pas pour critiquer au passage les travers des autorités, mais également comme un moyen de témoigner d’un passé effacé des mémoires pour des raisons idéologiques. Ceci révèle que Han Song a pris conscience de la politique d’amnésie mise en place par le Parti Communiste Chinois au pouvoir, et qu’il tente de déjouer par ses écrits, en abordant des événements passés jugés sensibles ou qui ne rentrent pas dans l’historiographie officielle, en remettant en cause le grand roman national élaboré par le Parti, en posant clairement la question de l’oubli et de la falsification historique, et en laissant un témoignage de la société chinoise contemporaine, par peur que les événements qui la ponctuent ne soient, un jour, eux aussi victimes de la falsification, de l’instrumentalisation ou de la politique d’amnésie des élites dirigeantes.

Wallpapers