Manon Laurent, nouveau membre du bureau des jeunes chercheur·e·s du GIS Asie

Manon Laurent, nouveau membre du bureau des jeunes chercheur·e·s du GIS Asie

Le Bureau des Jeunes chercheur·e·s du GIS Asie est en place depuis début 2020. Nous vous invitons à mieux connaître l’un·e de ses 6 membres. Ce mois-ci, nous vous présentons Manon Laurent, politiste et sociologue sur la parentalité en Chine.

Manon Laurent est doctorante en sociologie à l’Université de Paris affiliée au CESSMA et en science politique à l’Université Concordia (Montréal, Canada). Sa thèse intitulée Négocier en contexte autoritaire : comment les parents chinois s’investissent dans les politiques d’éducation est dirigée par Pr. Gilles Guiheux (CESSMA), et en cotutelle par Pr. Kimberley Manning, directrice de l’Institut Simone de Beauvoir (Montréal). Elle a obtenu en 2014 un master en science politique et sociologie cohabilité par Sciences Po Bordeaux et l’Université de Bordeaux et en 2015 un master en études chinoises, cohabilité par l’Université Paris Diderot et l’INALCO.

Dans sa thèse, Manon explore les relations État-société en Chine urbaine. Plus spécifiquement, elle travaille sur la parentalité comme un processus de politisation de la classe moyenne chinoise. Sa thèse porte sur la manière dont la marchandisation des ressources éducatives et l’intégration de la Chine dans un espace normatif mondial transforment les parents de la classe moyenne urbaine en acteurs politiques. Dans le cadre de cette recherche, Manon a réalisé une veille médiatique, des observations participantes et des entretiens semi-directifs avec des parents et des acteurs du marché éducatif à Nanjing (Jiangsu). A travers ce terrain immersif, elle observe en particulier comment les normes de maternité intensive amènent les mères chinoises à créer des réseaux de solidarités et à questionner les politiques éducatives promulguées par l'État.

Tout au long de son parcours académique, Manon s’est investie dans la diffusion et la transmission de la recherche. Elle a été lectrice à l’Université de Nanjing (RPC), et chargée de cours à l’Université Concordia (Canada) et à l’Université de Paris.

Présidente de l’association des étudiants en cycles supérieurs du département de science politique de l’Université Concordia, elle a participé à l’organisation de deux journées d’études respectivement en avril 2017 sur Le modèle canadien ? et en mars 2018 sur Une science politique inclusive : Enseigner, apprendre et faire de la science politique.

Manon a publié dans les revues Pacific Affairs (93:2), Mouvements et Urbanités ainsi que dans deux livres collectifs : Disciplines scolaires et cultures politiques (dir. Patricia Legris et Jérémie Dubois, PUR) et Social Welfare in India and China – A Comparative Perspective (dir. Gao Jianguo, Rajendra Baikady, Lakshamana et Cheng Shengli, Routledge). Récemment elle a participé à un article collectif publié sur le média La Vie des Idées sur la situation des travailleur·se·s chinois·e·s pendant la crise de la Covid-19.

Manon Laurent