Samia KOTELE, membre du bureau des jeunes chercheur·e·s du GIS Asie

Samia KOTELE, membre du bureau des jeunes chercheur·e·s du GIS Asie

Le Bureau des Jeunes chercheur.e.s du GIS Asie a été renouvelé au début de l'année pour une période de deux ans. Nous vous invitons à mieux connaître l’un.e de ses 6 membres. Ce mois-ci nous vous présentons Samia Kotele, historienne du genre et de l’islam en Indonésie.

Samia Kotele est doctorante en histoire à l’École Normale Supérieure de Lyon affiliée à l’IAO (Institut d’Asie Orientale). Sa thèse intitulée : les femmes oulémas en Indonésie du XIXe siècle à nos jours : de la quête d’une autorité religieuse à l’élaboration d’une nouvelle théologie du genre, est dirigée par Rémy Madinier et Oissila Saaidia. Cette direction conjointe est intimement liée à son intérêt pour les circulations humaines et de savoirs entre le Moyen Orient et l’Asie du Sud Est. Sa passion pour la région du monde arabo-musulman s’est manifestée dès le début de sa formation à l’Institut d’Études Politiques de Lyon, où elle a fait le choix de suivre un Diplôme d’Établissement sur le Monde Arabe Contemporain en parallèle à son cursus. Dès lors, son intérêt pour le genre et l’islam fut à l’origine de son attrait pour l’histoire du monde malais qui s’est approfondi lors d’une année de mobilité à l’Université Gadjah Mada de Yogyakarta. Année durant laquelle elle a appris l’indonésien, et a pu initier un premier terrain de recherche introductif en collaboration avec un centre de recherche de l’Université Sunan Kalijaga.

L’écriture de son mémoire « Genre, islam et modernité en Indonésie depuis la fin du XIXe », dans le cadre de son master 2 (parcours Asie Orientale contemporaine, à l’ENS de Lyon) lui a permis de réaliser une étude de terrain à Singapour et Java, où en immersion elle a réalisé ses premières prosopographies, observations participantes au sein de pesantren (écoles coraniques), d’organisations non gouvernementales féministes et institutions gouvernementales pour les droits des femmes. À travers ses terrains immersifs elle interroge l’autorité religieuse des femmes oulémas dans un contexte sud-est asiatique au regard des enjeux historiographiques qui traversent le monde musulman.

 

 

Samia Kotele