Bilan d'activités du GIS Asie pour l'année 2017

Bilan d'activités du GIS Asie pour l'année 2017

En 2017, le GIS a continué ses actions de structuration et de promotion des études asiatiques françaises.

Les principaux événements de l’année ont été les suivants :

  1. Gouvernance et organisation du GIS

Au début de l’année, le GIS Asie a organisé le comité directeur commun aux 3 GIS aréaux pour présenter les actions réalisées par chaque GIS et discuter des projets à venir.

Deux nouveaux laboratoires ont adhéré au GIS : EASt et CERMES3. 

En avril, le GIS a déménagé dans ses nouveaux locaux au 54, bd Raspail, à Paris.

En juin, Céline Bénéjean a été recrutée comme chargée de communication numérique.

En septembre, Aurélie Varrel (CNRS-CEIAS) et Myriam de Loenzien (IRD-CEPED) ont pris leurs fonctions respectivement de directrice et directrice adjointe du GIS Asie pour la période 2017 suite à leur élection par le conseil scientifique en mai. Elles ont pris la succession de Sébastien Lechevalier et Jean-François Huchet.

A l’automne, après la tenue de trois conseils scientifiques dans l’année, la composition de celui-ci été renouvelée pour les cinq années à venir.

  1. 6eCongrès du GIS Asie

La tenue du 6e Congrès Asie a été un évènement majeur de l’année et un grand succès.

Le congrès s’est tenu du 26 au 28  juin dans les locaux de Sciences Po Paris. Il a été organisé par le GIS Asie en partenariat avec cette institution membre du GIS et au nom de ses 22 membres. L’affluence a été au rendez-vous, avec un total de 900 participants et 170 sessions d’ateliers réparties en 14 thématiques. Lors du congrès, sept personnalités scientifiques étrangères ont été invités  pour des conférences plénières afin d’assurer une dimension internationale à la manifestation. D’autres activités ont été organisées, notamment une exposition photo, des conférences, des tables rondes, la diffusion des films documentaires, une foire des éditeurs deux cérémonies de remise des prix de thèse (cf. point 4) et du livre (cf. point 5) ainsi que la présentation de l’Institut d’études avancées de Paris (IEAP) hébergé par l’Hôtel de Lauzun, où s’est tenue la cérémonie de clôture du congrès.  

 

  1. Soutien à l’internationalisation et au financement de la recherche 

En février 2017 le GIS a diffusé la synthèse de la journée des études aréales, organisée par le CNRS et l’Alliance Athéna fin 2016. Cette synthèse (disponible sur le site du GIS) met en lumière les principales conclusions des livres blancs des quatre GIS aréaux : Études Africaines en France, Études asiatiques, Institut des Amériques et  Moyen-Orient & mondes musulmans. Elle a également donné lieu à la rédaction, au début de l’année, d’une feuille de route précisant les actions pouvant être mutualisées pour les GIS d’études aréales quant à leur mission d’internationalisation.

En mars, le GIS a réuni pour la première fois le réseau des Umifre asiatiques, à la suite de leur conseil scientifique tenu au MEAE. Cette réunion faisait suite aux réflexions menées lors de cette journée des études aréales notamment sur les questions d’accès au terrain et d’articulation entre GIS et Umifre.

En novembre, le GIS a participé à AUR@SIA International Symposium, événement organisé par le CNRS et Chinese Academy of Sciences (CAS) avec pour objectif de développer la coopération entre les chercheurs français et leurs partenaires asiatiques, dans une approche globale et interdisciplinaire. Cela a auguré de belles perspectives pour les membres du GIS et plus généralement pour l’ensemble des chercheurs en sciences humaines et sociales sur l’Asie.

Tout au long de l’année, le GIS a participé au Groupe de concertation transversal international Zones géographiques et par là même, à la définition de la Stratégie internationale pour la recherche, initiée par le MESRI.

Le GIS a assuré une veille et la diffusion de l’information en matière d’appels à projets susceptibles d’intéresser les chercheurs des aires culturelles, en lien avec le MESRI, le MEAE, l’ANR et les Points de Contact Nationaux (P.C.N.) d'Horizon 2020.

  1. Actions en faveur des jeunes chercheur.e.s

Le GIS a organisé le prix de thèse. Cette première édition a reçu une cinquantaine de candidatures. Trois prix, ainsi qu’un accessit sont ainsi venus récompenser des travaux remarquables portant sur l’Asie, soutenus en France ou en français, entre 2014 et 2015, dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales. La remise solennelle de ce prix a eu lieu pendant le 6e Congrès Asie.

Les journées des jeunes chercheur.e.s sur les questions méthodologiques se sont intégrées dans  le 6e Congrès Asie sous la forme d’un parcours dédié. Quatre panels ont été organisés dans ce cadre, avec une vingtaine d’intervenants français et étrangers. Le bureau des jeunes chercheur.e.s a également organisé une table ronde sur le thème : « Les jeunes chercheur.e.s et la recherche en études asiatiques : enjeux et perspectives ». Grâce au soutien de plusieurs ambassades de France en Asie (Chine, Indonésie et Timor oriental, Malaisie et Bureau Français de Taipei), sollicitées par le GIS, une trentaine de jeunes chercheur.e.s étranger.e.s ont été logé.e.s à la Cité Internationale pendant la durée du congrès.

En novembre, le GIS a organisé une réunion plénière destinée aux jeunes chercheur.e.s pour rencontrer la nouvelle direction, recenser leurs besoins et les informer du renouvellement du bureau des jeunes chercheur.e.s du GIS, formé en 2015. Suite à cette réunion, un appel à candidatures a été lancé auquel une quinzaine de personnes ont répondu.

  1. Publications

Le GIS a organisé l’édition française du prix du livre ICAS qui récompense des ouvrages remarquables en sciences humaines et sociales sur l’Asie. Dans ce cadre, 30 ouvrages, parus entre 2014 et 2016 dans le domaine des études asiatiques, ont été reçus. Cinq ouvrages présélectionnés ont fait l’objet d’une présentation lors du 6e Congrès Asie. Le lauréat a été annoncé à la cérémonie solennelle de remise du prix ICAS qui a eu lieu en juillet, en Thaïlande.

Le catalogue de la collection « Études Asie et Pacifique » du GIS chez CNRS Éditions s’est enrichi d’un nouveau titre Religion, modernité et temporalité. Une sociologie du bouddhisme chan contemporain, JI Zhe (2017). Cette collection est ouverte aux propositions de manuscrits des chercheurs et jeunes chercheur.e.s du GIS. En décembre, le GIS a rencontré un représentant de CNRS Éditions afin de discuter des modalités de publication des ouvrages dans cette collection, notamment pour les thèses récompensées par le Prix de thèse organisé par le GIS.

Le GIS a publié onze numéros de sa lettre mensuelle d’information. Il a continué à diffuser sur son site les événements scientifiques dans le domaine des études asiatiques, ainsi que les appels d’offre et annonces de recrutement, ainsi que via ses comptes Facebook et Twitter, ainsi qu’une liste de diffusion dédiée aux jeunes chercheur.e.s. Une réflexion sur l’adaptation du site web et des supports de communication aux besoins du GIS et de la communauté scientifique a été engagée.

Bilan d'activités du GIS Asie pour l'année 2017