<i>[Colloque]</i> Destins des collectivités politiques d'Océanie

<i>[Colloque]</i> Destins des collectivités politiques d'Océanie




Destins des collectivités politiques d'Océanie

Peuples, populations, nations, États, territoires, pays, patries, communautés, frontières





Colloque

7 au 10 mars 2011

Nouméa, à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD)



Le colloque « Destins des collectivités politiques d'Océanie » sur les différentes formes et dynamiques des collectivités océaniennes présente de multiples intérêts.

Tout d'abord, sous l'égide du CNRS, il est le modèle même de manifestation scientifique propre à alimenter la recherche en faisant place tant aux spécialistes universitaires les plus consacrés des sujets traités qu'à l'apport des jeunes générations prometteuses de la recherche, en valorisant aussi le témoignage indispensable des praticiens.
Ensuite, d'un point de vue situé, cette manifestation sur l'Océanie se tient en Océanie. Elle fait un temps de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, une capitale scientifique, et atteste qu'on peut aux antipodes de Paris mener recherches et controverses doctrinales d'autant plus intenses qu'à proximité de leur objet. Le colloque sur les « Destins des collectivités politiques d'Océanie » prend un intérêt tout particulier en Nouvelle-Calédonie, collectivité à la recherche de son destin, et déjà face à des choix parfois ressentis comme vertigineux.

Pour la Nouvelle-Calédonie, à ce moment de son évolution institutionnelle, en 2011, pendant l'avant dernière mandature de l'Accord de Nouméa et en vue des moments décisifs, cette manifestation constitue une essentielle expertise préalable. Il s'agit d'abord et fondamentalement, de fixer le sens des mots et des des notions, car pour dialoguer il faut avoir un langage commun. Et il faut se prémunir contre toute pensée auto centrée, comportement récurrent notamment en France : la vaste dimension comparative de cette manifestation vient aider l'imagination juridique au service des évolutions politiques, non pas d'ailleurs à la recherche de modèles tout faits, mais pour l'inspiration et l'invention de nouvelles solutions.

Cependant, si la Nouvelle-Calédonie peut être considérée comme un lieu privilégié d'application des thèmes traités dans ce colloque, c'est toute l'Océanie qui en est l'enjeu et l'on peut dire que l'Océanie, ce nouveau monde si singulier est, de la minuscule Nauru à l'immense Australie, en quête de son destin politique, avec presque autant de formules qu'il y a de cas d'applications.

En effet, si le colloque a pour mission première d'éclaircir les concepts et de les mettre à l'épreuve des diverses expérimentations dont l'Océanie est riche, il est vrai aussi que tout ce débat est au service d'une mission: pouvoir progresser dans l'organisation politique concrète des collectivités en connaissance de cause. Il s'agit ainsi tant d'aboutir à une perception exacte du sens des mots et du contenu des notions afin de parler un langage exact et commun, que d'acquérir la connaissance de ce que l'imagination et les pratiques, ailleurs que chez soi, ont pu produire.

Tout cela donne une idée de l'importance de la publication qui sera tirée de ce colloque. Elle devra être en effet le document de base de la réflexion sur les questions débattues, voire controversées, et l'instrument à partir duquel les collectivités situées pourront construire leurs propres perspectives. Ainsi, cet ouvrage en français fera l'objet d'une traduction en anglais. Celle-ci n'est pas pour la francophonie une contradiction, mais une conjonction, la conviction d'un chemin commun.


1re partie : Concepts, Histoire et Linguistique
2e partie : Pratiques. L'Océanie, un champ d'expérimentations politiques
3e partie : Singularités
 

 
Voir le programme ci-joint.


• Responsables scientifiques :
Jean-Yves Faberon : jy.faberon  /  at  /  canl  /  point  /  nc
Viviane Fayaud : vfayaud  /  at  /  msh-paris  /  point  /  fr
Jean-Marc Regnault : regnaultjm  /  at  /  yahoo  /  point  /  fr