"Il était deux fois". Philippe Forest écrivain-professeur : l'entaille du roman dans le bois du savoir

"Il était deux fois". Philippe Forest écrivain-professeur : l'entaille du roman dans le bois du savoir

Partager sur :

Soutenue en par Sophie Jaussi

Cette thèse examine une œuvre singulière, celle de Philippe Forest, au prisme d’une figure, celle de l’écrivain-professeur. À la croisée de l’érudition et de la fiction, l’écrivain-professeur distille un trouble dans le champ du savoir. Investissant des domaines qui paraissent antinomiques, il transcende l’opposition entre l’artiste et le savant, interrogeant les incompatibilités supposées entre une écriture vouée à la transmission d’un savoir et une autre dont la visée serait esthétique. L’œuvre et la carrière de Forest, spécialiste des avant-gardes du XXe siècle, du Japon, de la modernité littéraire et de l’autofiction, rendent compte de l’hybridité constitutive de la figure de l’écrivain-professeur. Entré dans l’écriture littéraire par le deuil de sa fille, l’auteur reconfigure les savoirs et élabore une démarche où s’interpénètrent critique et roman, théorie et pratique. Empruntant à la sociologie de la littérature et à l’esthétique, à l’intersection de la littérature contemporaine et de la littérature comparée, en proximité avec la psychanalyse et la philosophie, la présente étude suit un parcours en trois étapes : elle décrit d’abord les champs littéraire et académique contemporains, examine les conditions d’une carrière d’écrivain-professeur, puis scrute la trajectoire de Forest ; elle se penche ensuite sur le rapport renouvelé à la connaissance, tant sur le plan des lectures que des dialogues entamés ; elle tente enfin de saisir les modalités de construction d’une œuvre marquée par un non-savoir issu de l’expérience du deuil, laquelle affecte la théorie littéraire, le roman, la critique et l’enseignement. Cette thèse interroge ainsi ce qu’une certaine production contemporaine « défait » dans l’ordre du savoir et souligne le rôle des études littéraires dans la transmission des connaissances.