La caricature en Asie de l’Est : regards croisés

La caricature en Asie de l’Est : regards croisés

Colloque international, mardi 26 et mercredi 27 janvier 2021, Institut d’Asie orientale, ENS de Lyon, 15 parvis René Descartes, 69007 Lyon.

Organisation : Laurent Baridon (Université Lyon 2, LARHRA) et Marie Laureillard (Université Lyon 2, IAO)

Présentation :

La caricature peut se définir comme une œuvre graphique déformant comiquement les traits d’un individu et, par extension, comme la présentation exagérée d’une réalité, selon le Dictionnaire d’esthétique et de philosophie de l’art (Armand Colin, 2007). Par l’amplification, le décalage, le détournement, elle transgresse les codes figuratifs et esthétiques habituels. La situation d’un personnage ou la présence de certains attributs peuvent également contribuer à cette forme de subversion. « La caricature, en délégitimant les codes de représentation au plan artistique comme au plan social, participe de l’invention d’un art véritablement nouveau et susceptible d’être populaire. » (Ségolène Le Men).

Or la compréhension de ces codes et l’appréciation de ses outrances reposent sur certaines références culturelles. Un Japonais rira-t-il d’une caricature française ? Un Allemand percevra-t-il toutes les subtilités d’un dessin d’humour chinois ?

Dans le sillage de L’image railleuse (sous la direction de Laurent Baridon, Frédérique Desbuissons et Dominic Hardy, INHA, 2019), l’objet de ce colloque est d’envisager la notion de caricature selon une perspective large, décentrée, et de s’interroger sur les spécificités de cet art en Asie orientale. Nous retiendrons surtout ici l’élément satirique. Si l’exagération est perceptible, on veillera à ce qu’elle soit intentionnelle, et qu’elle revête une signification comique, parodique, voire critique. Les dessins de presse, qui se répandent dans le monde entier à partir de la fin du XIXe siècle, relèvent d’un imaginaire global, comme le montre bien un ouvrage comme Asian Punches: A Transcultural Affair (Hans Harder & Barbara Mittler (dir.), Springer, 2013) : on pourra poursuivre ces investigations, mais on pourra également se pencher sur des images plus anciennes. Ainsi, des ouvrages comme Ukiyo-e Caricatures dirigé par Noriko Brandl et Sepp Linhart (Brill, 2013) ou Ôtsu-e : Imagerie populaire du Japon de Christophe Marquet (Picquier, 2015) n’hésitent pas à qualifier les images populaires japonaises de « caricatures », dans la mesure où leur immédiateté et leur efficacité ne le cèdent en rien à celles de leurs homologues modernes.

Il s’agira ici d’explorer plus avant la caricature en Asie orientale (Chine/Taiwan, Corée, Japon, Vietnam, etc.) à travers le temps et l’espace. Les croisements de regards, les effets de miroir entre Extrême-Orient et Occident pourront également être considérés, ou encore l’image de l’Asie orientale dans la caricature occidentale (ou inversement). Ainsi, le colloque accueillera des communications portant sur des périodes, des cultures et des aires géographiques variées, qui pourront relever de disciplines aussi diverses que l’histoire de l’art, la théorie des médias, l’histoire sociale, politique et culturelle, la psychanalyse, etc.

Les propositions de communication (titre, résumé de 300 mots environ, brève notice bio-bibliographique, affiliation, coordonnées), sont à envoyer au plus tard le 15 septembre 2020, simultanément, aux deux adresses suivantes :

  • laurent.baridon@univ-lyon2.fr
  • marie.laureillard@univ-lyon2.fr

La réponse sera communiquée le 15 octobre 2020.

Comité scientifique :

Laurent Baridon, Laurence Danguy, Martial Guédron, Dominic Hardy, Marie Laureillard, Ségolène Le Men, Chiaomei Liu, Christophe Marquet, Barbara Mittler

Institutions organisatrices :

Institut d’Asie Orientale (IAO), LARHRA, Centre d’Etude de l’Ecriture et de l’Image