Accueil / Liste des actualités / Le CECILLE, unité lilloise, fraîchement affiliée au GIS

Le CECILLE, unité lilloise, fraîchement affiliée au GIS

Le CECILLE, unité lilloise, fraîchement affiliée au GIS

Partager sur :

L’Université de Lille a rejoint le GIS Asie début 2021 et elle y a affilié trois unités : le Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères (CECILLE) et son équipe Aire Asie de l’Axe Approches aréales, le Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSÉ), et le Centre de Recherche Droits et Perspectives du droit (CRDP).

Ce mois-ci nous vous présentons le Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères (CECILLE), dirigé par Constantin Bobas et dont l’un des fondements est sa transdisciplinarité. À preuve, les cinq axes transversaux caractérisés par des méthodologies spécifiques – littérature, civilisation, histoire des idées, genre(s) et traduction/traductologie – et les cinq aires géographiques qui se complètent et s’enrichissent mutuellement grâce à leurs collaborations ponctuelles ou fréquentes, qu’elles soient locales avec d’autres équipes de recherche, nationales – puisque plusieurs axes sont en relation avec des GIS – ou internationales où les coopérations et les réseaux sont favorisés par la maîtrise de maintes langues étrangères, autre trait fédérateur qui dynamise le laboratoire CECILLE.

Dans cette perspective, les activités de recherche se développent à partir d’approches croisées – culturelles, littéraires, historiques, sociologiques, géopolitiques, traductives, médiatiques… En effet, le travail de l'équipe repose sur un dialogue approfondi entre plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales, des lettres et des arts, dont l’objectif s’inscrit dans le décloisonnement disciplinaire afin de mener une réflexion critique sur les changements culturels et sociaux passés et/ou en cours.

Le projet de recherche pour le quinquennal 2020-2024 affiche à nouveau la volonté de transversalité et d’interdisciplinarité avec la création de cinq axes : (1) Poïétique et politique (2) Féminismes, genre(s) et intersectionnalité (3) Histoire globale, politiques et sociétés (4) Traduction et médiation (5) Approches aréales avec cinq aires : Asie, Irlande, Les Amériques, Méditerranée et Proche-Orient, Mondes romans.
Les membres sont invités à appartenir à plusieurs axes en fonction de la nature de leurs projets. 2 de ces axes sont particulièrement concernés par l'Asie :

Axe Approches aréales : Aire Asie (responsables : Berlinguez-Kôno Noriko, Shi Lu)

L’Aire Asie fait partie du nouvel axe de recherche Approches aréales du laboratoire. Créée en janvier 2020, cette Aire rassemble des enseignants-chercheurs spécialistes de l’Asie orientale. Elle fédère un ensemble de recherches en sciences humaines et sociales autour de la thématique de « La circulation des savoirs ». La dimension interdisciplinaire est privilégiée pour en éclairer les multiples facettes (matérielle, humaine, etc.).
Ces recherches couvrent les périodes moderne et contemporaine avec d’une part la circulation des connaissances à la fois au sein de l’espace asiatique et entre l’Orient et l’Occident (Chine-Japon, Japon-pays occidentaux, Chine-pays occidentaux) et d’autre part le mouvement d’internationalisation des savoirs et des arts. Dans ce monde globalisé, émergent de nouvelles connaissances et de nouvelles formes de circulation dans différents contextes sociétaux.

Les membres statutaires rattaché·e·s à cette Aire sont des enseignant·e·s-chercheur·e·s, soit en études chinoises, soit en études japonaises, qui sont, à l’origine, formé·e·s dans des disciplines scientifiques différentes :

Yannick Bardy (histoire de l’époque d’Edo, histoire sociale, histoire rurale, histoire socioreligieuse)
Berlinguez-Kôno Noriko (histoire et société du Japon moderne et contemporain, histoire des idées politiques, circulation des savoirs, sociologie historique)
Philippe Chevalérias (études taïwanaises, histoire économique et politique de Taïwan, Relations Taïwan-Chine)
Brigitte Lefèvre (littérature japonaise moderne et contemporaine, autobiographie, journaux intimes, correspondances, Nogami Yaeko)
Isabella Lévy (littérature classique chinoise, théâtre classique des Yuan, littérature comparée, chinoiserie)
Shi Lu (études chinoises, société chinoise contemporaine, entreprises rurales et migration)
Takeuchi-Clément Rie (linguistique japonaise et contrastive, grammaire du japonais, sémantique, système prédicatif du japonais, temps, aspect, modalité, registres et lexique du japonais)
Christine Vidal (histoire politique et sociale de la Chine au XXe siècle, histoire des intellectuels, histoire du politique, culture et politique, écritures de soi)

La priorité de l’Aire est de former les étudiant·e·s en Master et en Doctorat à la recherche en sciences humaines et sociales et de croiser les recherches des membres avec celles de chercheur·e·s de différentes disciplines et aires culturelles. Aussi, des séminaires de recherche et des conférences sont organisés tout au long de l’année universitaire autour des thématiques variées, dont certaines séances sont communes avec d’autres aires et d’autres axes de recherche du laboratoire CECILLE.

D’autre part, l’accent est mis sur des projets collectifs susceptibles de fédérer les membres des deux aires géographiques, chinoise et japonaise. Tout récemment, a été organisé le séminaire didactique du chinois et du japonais intitulé « Réflexion autour de l'altérité en didactique des langues-cultures : enseignement des langues étrangères au Japon et en Chine ». À la rentrée, l’étude des collections chinoise et japonaise du fonds Léon de Rosny de la Bibliothèque de Lille sera poursuivie et développée et ce, en collaboration avec un professeur de l’université Nishôgakusha, accueilli par le laboratoire. Sont également prévus un séminaire de méthodologie et une séance de travail entre les chercheurs de ces deux aires.

Axe Histoire globale, politiques et sociétés (responsable : Vanessa Alayrac-Fielding)

Regroupant des civilisationnistes des aires linguistiques et culturelles diverses, dont des membres en études chinoises et japonaises travaillant sur l’histoire et la société, cet Axe est désormais coordonné par Vanessa Alayrac-Fielding (civilisation britannique), spécialiste des transferts culturels et esthétiques croisés entre l’Europe et la Chine au XVIIIe siècle. Avec les membres en études asiatiques, des séances consacrées aux thématiques transnationales avec des enjeux planétaires ont été programmées. Par ailleurs, le groupe sur l’étude pratique des religions est venu rejoindre l’Axe.

Pour suivre les activités du CECILLE, consultez le site web de l’unité.

Laboratoire Cecillle